LES PRIORITES DE DAPAT: FEMMES EN DETRESSE ET MERES SDF

LES PRIORITES DE DAPAT: FEMMES EN DETRESSE ET MERES SDF

A l’occasion de la Journée internationale des Droits des Femmes le 8 mars, la DAPAT a décidé de développer son soutien aux femmes en détresse et aux mères SDF.

Qu’est ce que DAPAT ?

Créé en avril 2020 par Danielle et Patrick de Giovanni, le fonds de dotation DAPAT est une personne morale à but non lucratif, dont l’objectif est de soutenir les femmes en détresse et les mères SDF.DAPAT est la contraction de DA (Danielle) et PAT (Patrick), les prénoms des fondateurs.

Les femmes représentent 38% de la population SDF de France. La majorité a moins de 30 ans et un tiers d’entre elles ont des enfants dont elles doivent s’occuper seules. Agressées ou violées, elles font face aux affres de la vie, ce qui entraîne une mort précoce.

Afin de les aider, le fonds de dotation DAPAT s’engage à agir pour les accompagner, protéger, assister, aider, reconstruire, soutenir … C’est dans ce mais que sont définis des missions d’intérêt général à caractère social, éducatif, humanitaire, culturel et familial, visant à améliorer les conditions de vie sur les plans sociaux, sanitaires et culturels des personnes en situation de fragilité. Grâce à ses actions, la DAPAT permet de lutter contre  l’isolement, l’exclusion, la pauvreté et toute autre forme de discrimination. Les programmes d’actions privilégient l’autonomie, la dignité des femmes.

Les chiffres parlent

Depuis 2021, les chiffres ne cessent d’augmenter. En effet, en 2021, selon un rapport sur les féminicides publié par l’ONU Femmes et l’ONUDC, on relève 5 femmes tuées chaque heure par un membre de sa famille, soit plus de 120 par jour réparties dans tous les pays du monde. Cependant, l’Asie concentre le plus grand nombre de féminicides, bien qu’en Afrique les femmes ont d’avantage de risques de se faire tuer par leur partenaire.

2021

Le bilan 2021 a été de 122 femmes et 23 hommes tués par leur partenaire ou ex-conjoint(e), 14 enfants mineurs décédés, tués par leurs parents dans un contexte de violences. Dans 86 % des cas, les hommes sont responsables de ces homicides et 24 % d’entre eux ont consommé de l’alcool avant l’acte, 10 % des stupéfiants, 70 % des auteurs n’étaient pas en activité. De plus, 45 nouvelles associations ont concouru pour le Prix DAPAT. La cérémonie de la première édition des “Coups de coeur DAPAT a eu lieu le 27 septembre au théâtre Marigny (75008).

2022

En 2022, des liens ont été engagés avec 100 associations pour femmes en précarité. Le nombre d’entre elles présentées pour le Prix DAPAT était de 66, ce qui implique la présence d’interaction entre DAPAT et l’accompagnement des femmes en détresse. Il est à noter que 4 partenariats durables ont été conclus avec des associations et 450 000€ ont été versés aux aides auprès des associations. Sur les 66 associations qui ont concouru pour les prix DAPAT, 10 ont été récompensées par les prix lors de la cérémonie du 17 octobre au théâtre Edouard VII (75009).

2023

Depuis le début de l’année, le nombre de féminicides est en augmentation. En 2 mois, 29 femmes ont été tuées par leur conjoint (ou ex), on relevait en février dernier 10 féminicides dont 4 par balle, 3 par coup de couteau et 1 brûlée vive. La plus jeune avait 23 ans, la plus âgée 75. et 3 d’entre elles avaient des enfants, 7 vivaient avec leur agresseur. Malgré le recensement effectué depuis 7 ans et 4 ans après le Grenelle, le phénomène continue. Sur 10 victimes, 2 avaient porté plainte; 3 des auteurs se sont suicidés et 3 autres ont reconnu leur geste.

Aujourd’hui, la ministre déléguée à l’égalité vient de créer un “pack Nouveau Départ” qui tente d’organiser la fuite des victimes mais ne traite pas le problème des agresseurs. A l’occasion du 8 mai, journée internationale des droits de la femme, la Fondation des Femmes a lancé sa nouvelle campagne “Chaque Pas est ne Victoire”.

Les chiffres pour le premier trimestre 2023 dénoncent 38% de femmes parmi les SDF, 31% d’entre elles ont plus de 50 ans, 1 femme sur 4 ont déjà été victime de violences, 48% de ces femmes ont moins de 30 ans, 18 % ont des enfants, l’âge moyen de leur décès est de 45 ans (49 pour les hommes). A ce jour, on enregistre 208 000 victimes de violence, soit une augmentation de 21% par rapport à 2020.

Danielle et Patrick Di Giovanni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site Web utilise les cookies. En poursuivant sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.